Les carrousels royaux, une école de la guerre

            C’est un exercice fort bien inventé, pour faire voir l’adresse d’un cavalier, tant à bien mener son cheval dans les passades de guerre, qu’à bien se servir d’une lance, d’un dard et d’une épée[1].

André-Danican Philidor (dit l’Aîné) : Marche à quatre timbales pour le Carrousel de Monseigneur – Hugo Reyne/La Symphonie du Marais

            S’il est aisé de distinguer les similitudes qui unissent le fait guerrier et la tenue de ces cérémonies, il s’agit d’en dresser tous les contours. Ce sont ces derniers qui donnent à ce divertissement la forme d’un combat joué lors de démonstrations équestres qui peuvent faire penser aux joutes médiévales, dont il est directement issu. Ce n’est qu’à partir de la Renaissance que les carrousels devinrent l’une des plus grandes fêtes des cours européennes pour atteindre leur apogée au XVIIème siècle. Par leur splendeur, leur composition et la participation du souverain et de la noblesse d’épée exclusivement, les carrousels, comme tous les grands divertissements officiels de l’Ancien Régime, étaient investis d’un message politique important. Le prestige des carrousels était tel que le père Ménestrier consacra en 1669 un ouvrage théorique à leur histoire et aux règles à respecter pour leur organisation. Depuis le XVIIème siècle, son Traité des tournois, joustes, carrousels et autres spectacles publics[2] reste une référence pour l’étude de ces divertissements équestres. Dans son Dictionnaire universel[3], Furetière s’inspira étroitement du livre de Ménestrier, mais y apporta de nombreuses précisions, précieuses pour une meilleure connaissance de ces fêtes.

Jean-Baptiste Lully – Carrousel de Monseigneur – Prélude


            Pendant une journée, voire une semaine entière, on fourbissait ses armes en musique, devant la foule et sous le regard scrutateur d’ambassadeurs invités spécialement pour l’occasion, sur un sujet généralement militaire avec l’affrontement symbolique de plusieurs adversaires afin de donner une « image de la guerre en temps de paix[4] ».           
            L’agencement des lieux ne laissait rien au hasard, et l’on pouvait lire sur une table de marbre noire disposée sous un fronton orné des allégories de le Guerre et de la Paix :

            Aux armes victorieuses de Louis, empereur des Français. Louis XIV, donné au Monde pour la félicité publique des Nations, l’honneur des Rois, les délices du genre humain, la terreur des ennemis, l’amour et le désir de ses sujets et l’admiration de tout le monde, n’ayant encore que vingt-trois ans, et le nombre de ses victoires passant de beaucoup celui de ses années, après avoir triomphé de ses ennemis et sur mer et sur terre, étendu les limites de ses Etats, protégé ses alliés et donné la paix au monde aux conditions qu’il a voulu, ne dédaigne pas de se divertir à des exercices militaires et d’en disputer le prix, pour ne pas laisser oisive son adresse et sa valeur[5].

Le carrousel de 1662 se déroula comme les autres dans la ville de Paris, mais le choix du lieu exact, avec la présence de différents ambassadeurs étrangers fut éminemment politique.  En effet, le roi désirait « traverser toutes la ville d’une extrémité à l’autre, afin de donner ce divertissement à tous ceux que le lieu destiné pour la course ne pouvait contenir[6] ».
L’intérêt de cette cavalcade était toute symbolique : il s’agissait de traverser, et donc de maîtriser, une ville rebelle dix ans auparavant et qui désormais se pressait pour le voir : « Les parisiens furent spectateurs d’un divertissement offert par un monarchie triomphante[7]. »
La devise de ce carrousel était sans équivoque, exprimant le retour d’un pouvoir monarchique fort, détenu par un jeune roi qui avait une haute idée de la fonction royale et du respect qui lui était dû.  Devant un médaillon représentant une lance plantée à une porte de Paris, avec à l’arrière-plan le palais des Tuileries, s’élevait une plaque où était inscris : « Ludo pugnaeque paratur », pour dire que le Roy n’est pas moins redoutable à la tête d’une armée, qu’il est aimable dans un divertissement tel que le carrousel[8]».

Jean-Baptiste Lully – Carrousel de Monseigneur – Menuet


            Ainsi, à la chevauchée, où caracolent les cavaliers somptueusement vêtus, précédés par les trompettes et timbales de la Grande Ecurie, succède la course de bague, action qui permet selon Sourches d’entraîner le cavalier à une frappe précise et « sert aussi à se rendre adroit à donner de la pointe de la lance dans la visière du casque »[9]. Enfin, la course de têtes, très appréciée au XVIIème et apparue lors du carrousel de 1662, est une épreuve qui s’apparente clairement à un entrainement militaire car le cavalier doit faire usage de différentes armes, dont une arme à feu moderne : « ce changement d’armes et cette diversité d’actions en une même course demande beaucoup d’exercice et d’adresse[10] ».   
            Cette véritable école de la discipline militaire représentait pour les contemporains :

            […] quelque chose de plus élevé que le simple plaisir. Ils sont non seulement utiles pour bannir l’oisiveté et la mollesse, qui corrompent ordinairement tous les fruits de la paix, mais ce sont encore d’illustres écoles de discipline militaire, où l’on apprend mieux qu’en toutes les autres le véritable métier de la guerre, puisque non seulement ils forment l’adresse du corps, mais qu’ils augmentent en quelque sorte le courage, en allumant le désir de la gloire, qu’on peut nommer l’âme de la valeur. En effet, rien peut-il mieux faire concevoir à de jeunes guerriers l’extrême et véritable joie que donne l’applaudissement des peuples après une victoire, et combien il est beau de se voir préférer aux autres, que le plaisir qu’ils rencontrent à remporter le prix de ces sortes de jeux, à la vue de tant de témoins de leur force et de leur adresse ?[11]

            Le carrousel de 1686 fait également apparaître que le résultat, s’il était une fierté pour le gagnant, ne ridiculisait pas les perdants. La politique des Réunions, qui rendait la situation internationale plus sensible, avait cette année poussé la noblesse à chevaucher plus ardemment et plus richement que d’habitude. Monseigneur ne remporta aucune course, mais l’héritier du trône avait prouvé toutes ses qualités d’homme de guerre, ce qui était l’essentiel.

Jean-Baptiste Lully : Carrousel de Monseigneur – Gigue

Rien de plus agréable que de voir ce Prince porter la main sur son épée, la mettre au vent et aller tête baissée prendre à terre cette tête que les gens même les plus adroits ne prennent pas fort facilement[12].          

Néanmoins, l’on peut dès à présent s’apercevoir qu’une césure se fait au tournant de l’année 1680. En effet, si le carrousel est une sorte d’entraînement militaire, les armes utilisées doivent être en adéquation avec leur modernisation. Les carrousels des années 1660 ne font intervenir qu’un nombre limité d’armes à feu, car plus lourdes et plus longues, leur maniement est plus problématique dès lors que l’on monte sur un cheval, ce qui ne permet également pas de s’en servir lors de divertissements à thèmes médiévaux. Sourches est lucide et remarquait en 1682 que « ces exercices, qui étaient autrefois nécessaires, ne sont plus présentement que des jeux, parce que la manière de faire la guerre est absolument changée[13] ».


            Les carrousels, issus des anciens tournois, appartenaient à une tradition aristocratique et courtoise, alors partagée par toute l’Europe depuis le XVIème siècle. Par leur splendeur et la qualité des participants, ils montraient la richesse et la puissance du pays organisateur, la gloire et le pouvoir du monarque régnant sur un pays stable et prospère et d’une aristocratie à son service. Ecole militaire par excellence, lors d’un carrousel, le monarque et les nobles y faisaient preuve de leur ardeur et de leur courage, reflet en temps de paix de la bravoure et de la force qu’ils pouvaient déployer en temps de guerre. Un carrousel était l’image idéale d’un royaume bien gouverné par un monarque sage, en accord avec les souhaits du peuple et de l’aristocratie.

Jean-Baptiste Lully : Carrousel de Monseigneur – Gavotte


            Au demeurant, plus puissant que la réalité restait l’imaginaire des « anciens chevaliers », qui faisaient moins référence aux chevaliers de Moyen Age ou du début de la Renaissance qu’aux héros des romans de chevalerie écrits au XVIème siècle, avec particulièrement l’Amadis des Gaules de Montalvo (1508), le Roland furieux de l’Arioste (1516), deux œuvres reprises pour l’opéra par Jean-Baptiste Lully, ou la Jérusalem délivrée du Tasse (1581). La noblesse du XVIIème siècle s’estime leur héritière directe et se projette dans ces images flatteuses de chevaliers médiévaux. Elle se reconnait dans l’esprit chevaleresque développé dans ces romans ainsi que sur la scène et partage les idéaux d’abnégation, de sacrifice, d’honneur et de gloire cultivés par les héros au cours de multiples aventures dans un monde rêvé, peuplé de magiciennes, de palais d’or et de rubis, de costumes somptueux et de hauts sentiments. Les carrousels, autant que les opéras et les divertissements musicaux, tentaient de faire revivre ces chevaliers.


[1] LE PETIT, Claude, Les Plaisirs de l’Isle enchantée. Course de bague, collation ornée de machines ; comédie, meslée de danse et de musique ; ballet du palais d’Alcine ; feu d’artifice et autres festes galantes et magnifiques, faites par le Roy à Versailles, le VII may M DC LXIV et continuées plusieurs autres jours, Paris, Imprimerie royale, 1673.

[2] MENESTRIER, Père Claude François, Traité des tournois, joustes, carrousels et autres spectacles publics, Lyon, Jacques Muguet, 1669.

[3] FURETIERE, Antoine, Dictionnaire universel, Rotterdam, Arnoult et Reinier, 1690, rééd. Le Robert, Paris, 1978, 3 vol.

[4] PERRAULT, Charles, Courses de testes et de bagues faites par le Roy et par les princes et seigneurs de sa Cour en l’année M.DC.LXII., Paris, Imprimerie royale, 1670, p. 34

[5] Ibid., p. 39

[6] SOURCHES, Louis-François du Bouchet, marquis de, op. cit., p. 329

[7] CASTELLUCIO Stéphane, Les carrousels en France du XVIe au XVIIIe siècle, p. 54

[8] Ibid., p. 84

[9] PERRAULT Charles, op. cit., p. 43

[10] Ibid., p. 369

[11] FEUILLET de CONCHES, op. cit.,p. 455

[12] Mercure Galant, mai 1683, p. 293 et mai 1686, p. 263

[13] SOURCHES, op. cit., p. 426